Les antibiotiques classiques utilisés pour traiter la maladie de Lyme ne tuent pas toujours la bactérie.

Près d’une génération de dogme médical sur la maladie de Lyme se délite lentement suite à de nouvelles recherches en éprouvettes qui montrent que les antibiotiques classiquement approuvés pour soigner Lyme ne tuent pas ce que les scientifiques appellent des cellules «Persistantes» – et peuvent même favoriser leur croissance.

Il a été démontré dans des recherches antérieures que le spirochète en forme de tire bouchon de Lyme , connu sous le nom de Borrelia burgdorferi, se cache sous des boucliers gluants appelées biofilms et sous la forme de « corps ronds, » persistants qui survivent aux drogues mortelles des antibiotiques et peuvent repeupler plus tard.

Mais la science émergente implique les antibiotiques utilisés depuis longtemps pour traiter la maladie transmise par les tiques, y compris la doxycycline prédominante, comme une clé potentielle à une infection persistante: Bien qu’ils tuent la plupart des agents pathogènes, il a été démontré lors d’essais en éprouvettes que les antibiotiques couramment prescrits pour la maladie de Lyme, laissent derrière une poignée de bactéries de Lyme remarquablement résilientes.

trois groupes de recherche ont trouvé que pendant que la croissance des bactéries ralentit sous l’assaut des antibiotiques, ces cellules résistantes augmentent, parfois de façon spectaculaire. Ceci fournit une explication plausible à un problème de prise en charge de la maladie de Lyme.

Alors que la plupart des patients sont traités avec succès par les antibiotiques classiques, quelque 10 à 20 % restent malades . Avec environ 300.000 cas aux Etats-Unis chaque année, cela signifie que 30.000 à 60.000 personnes chaque année développent une forme persistante neurologique , des symptômes arthritiques ou autres , certains pendant des mois ou des années . Nombreux sont ceux à qui on dit que leurs symptômes sont « subjectifs », ou même psychologique, et ne sont pas liés à la maladie de Lyme .

 Des lignes directrices de soins contestées

Ying Zhang, un chercheur de l’Université Johns Hopkins, a déclaré que ses recherches en épourvettes ainsi que d’autres résultats « démontre clairement que les cellules persistantes de Borrelia ne sont pas tués par les antibiotiques classiquement utilisés pour soigner Lyme. » Les scientifiques ont essayé des antibiotiques plus puissants et en combinaison qui se sont montrés dans les expériences de laboratoire beaucoup plus efficaces. On a besoin de financements supplémentaires pour prouver que les cellules persistantes sont responsables de la maladie chez ces personnes – le «chaînon manquant», a déclaré un scientifique – mais il y a peu d’argent et une résistance énorme. En fait, la maladie de Lyme a été classée en 202ème position en 2015 dans l’attribution de fonds fédéraux par maladie – et ceci malgré le fait que la maladie coûte au système de soins de santé jusqu’à 1,3 milliard $ par année.

Le débat sur la maladie de Lyme, l’un des plus vicieux et polarisé en médecine, oppose une petite société médicale fondée par les praticiens de Lyme :  « the International Lyme and Associated Diseases Society » contre la très puissante « Infectious Diseases Society of America (IDSA) »  dont les lignes directrices gèrent la prise en charge de la maladie de Lyme depuis 2001. Les avocats qui défendent les patients disent que les protocoles sont rigides dans la limitation des traitements d’antibiotiques,  qu’ils reposent sur des tests qui échouent souvent, et ne reflètent pas d’autres études, précédents les dernières études de quelques années, qui ont montré le spirochète Lyme survit un traitement antibiotique.

Les lignes directrices IDSA, récemment retirés du National Guidelines Clearinghouse car obsolètes déclarent que des traitements courts de doxycycline, amoxicilline et, parfois, la ceftriaxone en intraveineuse sont presque toujours suffisants pour tuer le spirochète de Lyme. Leurs auteurs et partisans se sont fermement opposés aux recherches qui les remettent en question.

 Mais au moins 20 documents depuis 2012 montrent que des chercheurs de différents centres de recherche majeurs font de considérables efforts, souvent frustrants, pour éradiquer les spirochètes chez les animaux et en éprouvettes, alors que les cellules persistantes survivent à l’assaut des antibiotiques initial.

– A l’Université de Californie, Davis, l’équipe a donné de la ceftriaxone à des souris infectées par  Lyme et était «abasourdi», de voir ressurgir l’infection au bout de 12 mois au même niveau que chez les souris non traitées.

– Une équipe de l’Université du Nord-Est a trouvé que les cellules persistantes étaient si enclavés qu’il a fallu quatre doses « pulsées » de ceftriaxone ou une dose unique d’un médicament anticancéreux hautement toxique, non recommandé pour les patients atteint de Lyme, pour les tuer.

– Une expérience de l’Université Tulane a trouvé que le spirochète était plus susceptible de former des cellules résistantes si il avait été traité par de la doxycycline à une certaine phase de sa croissance  – rejoignant les recherches de L’université du Nord-Est – et de traiter les bactéries avec des traitements pulsés de doxycycline n’a pas empêché leur croissance ou ni la réduction des cellules résistante.

– Et en mai dernier, une équipe de l’Université Johns Hopkins a rapporté que 23 médicaments étaient plus efficaces en éprouvettes sur les formes résistantes « à corps rond » du spirochète que les deux piliers du traitement classique : amoxicilline ou doxycycline.

Bien que la cause de la persistance de la maladie suite aux traitement par antibiotiques ne soit pas claire,  les chercheurs de Hopkins ont évoqué qu’une des causes possible est la présence de bactéries résistantes qui n’ont pas été tuées par les traitements antibiotiques de Lyme actuels. »

….Le Dr Sapi a montré sans équivoque que la Borrelia burgdorferi sensu stricto peut former des biofilms in vitro « , a déclaré Garth Ehrlich, directeur exécutif du Center for Advanced Microbial Traitement à l’Université Drexel, réputé pour la recherche sur les biofilms dans d’autres bactéries. « Et elle a des preuves suggérant la formation des biofilms in vivo», puisque lors d’une expérience, Sapi a trouvé des biofilms de spirochètes dans des biopsies archivées de patients infectés par Lyme.

Go-To Lyme Drugs Don’t Always Kill The Bug, At Least For Some

Cet article a été publié dans articles de presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s