La tique tueuse asiatique

Une nouvelle tique asiatique qui a le potentiel de tuer ses victimes frappe aux portes du Québec, inquiétant vivement les autorités américaines. Son nom : Haemaphysalis longicornis. Elle peut absorber une telle quantité de sang que ses petites pattes peinent à la supporter après un repas. Au cours de sa vie, cette tique passe de la taille d’une graine de pavot à celle d’un petit pois.

Elle sévit en Corée, au Japon et en Chine, et a été découverte pour la première fois aux États-Unis il y a un an, sur un mouton du New Jersey, près de New York. Depuis, elle a colonisé pas moins de sept États.  En cas d’infestation, « ce sont des milliers de tiques qui parasitent un seul animal », explique la biologiste Virginie Millien, de l’Université McGill.  « Elles sont tellement nombreuses à sucer le sang d’un seul individu qu’elles peuvent tuer une grosse bête comme un caribou », illustre-t-elle.

Humains à risque

Haemaphysalis longicornis s’attaque aussi aux humains. En Asie, d’où elle est originaire, elle transmet une variété de maladies, dont une fièvre hémorragique : le syndrome de fièvre sévère avec thrombocytopénie, ou SFTS. Cette maladie très peu connue tue 30 % des patients infectés. Elle a été isolée pour la première fois en Chine en 2009 et identifiée en 2011. Lire la suite sur : La tique tueuse asiatique se répand à nos portes | JDM

Elle existe depuis 2009, je n’en avais jamais entendu parler !

Cet article a été publié dans articles de presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s